Elisabeth Revol s’envole vers de hauts sommets !

Elisabeth Revol est une alpiniste d’envergure qui réalise de magnifiques ascensions en toute discrétion et efficacité. Elle s’envole, aujourd’hui même, à la conquête de nouveaux sommets himalayens.

Même totalement gelée, Elisabeth semble être dans son élément.Même totalement gelée, Elisabeth semble être dans son élément.

Autant vous dire que quand elle part au Népal, dans la région du Manaslu, ce n’est pas pour que pour faire des selfies avec des yaks.

Le Manaslu (8 156m). Une montagne aussi belle qu'imposante.

Les conditions hivernales ainsi que le fait que très peu de femmes se soient retrouvées sur les pentes de telles montagnes ne lui font pas peur ! Bien au contraire cela semble être le piment d’une telle expédition. C’est sans aucun doute une alpiniste à suivre.


Rencontre avec une femme qui nous inspire autant sur le plan humain que technique :


Pourquoi cet attrait pour les plus hauts sommets ? 

J’ai toujours été attirée par la haute altitude. Gamine je voulais toujours grimper plus haut, aller voir ce qu’il y avait au-dessus. J’ai commencé l’escalade et le ski à 19 ans, puis l’alpinisme. Tout cela en même temps que mes études en STAPS. C’est un milieu qui m’a toujours fait rêver, mais enfant et ado je n’avais pas le temps de m’investir à fond dans une cette pratique si particulière. Aujourd’hui c’est une telle passion que j’ai tout arrêté pour m’y consacrer entièrement. J’aime la montagne sous toutes ses formes et je la pratique de plein de façons différentes.


Quels sont tes montagnes favorites ? 

J’aime particulièrement le massif des Ecrins, du Mont-Blanc, des Tatras (en Slovaquie), et bien sûr celui de l’Himalaya (au Népal et au Pakistan).


Comment fais-tu pour sélectionner un sommet en particulier ?  

Je choisis souvent selon les pratiques. Ainsi mon choix va dépendre des conditions: s’il y a de la poudre ou de beaux couloirs bien enneigés, alors je vais sélectionner des faces qui se font à ski, si une face est en bonnes conditions (sèches ou mixtes) ce sera en alpinisme, si de belles lignes en glace se forment alors je sortirai mes piolets pour aller faire de la cascade et enfin si les conditions sont moyennes en montagne je préférerai aller grimper au soleil ou faire du drytooling …. Je me fais autant plaisir dans une face technique qu’une course longue et peu technique (une grosse “bavante”). Je suis quelqu’un de très polyvalent.


Même si tu n’aimes pas trop parler de tes projets avant de les avoir réalisés, peux-tu nous dire quelques mots sur le Manaslu ?

Je pense y vivre des émotions très fortes, peut-être des grands moments de solitude, mais c’est une aventure qui, je le sais déjà, sera exceptionnellement belle sur tous les aspects.


Nous vous tiendrons bien évidement informés des avancées d’Elisabeth. Bonne route à elle !

Le baudrier Choucas III, un véritable allié dans ce genre d'expédition.



Articles reliés

Elisabeth Revol

Comments

Log in or register to post comments