Les dessous du "light"

  • Parmi les « révolutions » que notre matériel a connu durant les dernières décennies, « l’allégement » a été une avancée significative. 

    A tous les niveaux le volume et le poids de nos sacs se sont réduits, les accessoires ont perdu des grammes et notre approche de la montagne a aussi changé vers une tendance plus consumériste. Aujourd’hui on part à la journée ou en mode « go fast » vers les plus hauts sommets. 

    Pourtant partir léger ne doit pas signifier partir moins équipé. 

    Derrière les nouveaux jouets se cache une recherche et un développement poussés. 

    Parmi les questions qui peuvent se poser, en voici quelques-unes, directement livrées de notre laboratoire Blue Ice. 

    Entretien avec Robert Mc Aloney et Irene Marcotti, en charge du développement des produits chez Blue Ice.


     Comment peut-on aujourd’hui concevoir des produits plus légers ? 

    Aujourd’hui nous disposons de matériaux d’un rapport poids/puissance très important. 

    Le Dyneema par exemple est révolutionnaire sur ce point et les nouveaux échantillons offrent une ténacité que nous n’avions pas jusque-là. Les tests d’usure sont particulièrement impressionnants. 


    Quelles sont les contraintes dans le développement et la fabrication de ce type de produit ? 

    - Trois aspects sont à prendre en compte : la durabilité, le poids mais aussi le prix public. 

    Il est très difficile d’avoir un bon compromis entre ces trois points. 

    - L’autre contrainte, qui est liée à celle-ci, est la fonctionnalité du produit : on ne peut pas proposer les mêmes accessoires (porte-matériel sur un baudrier, poches extérieures sur un sac) sur un sac typé « light ». Comment va être utilisé le produit et à qui s’adresse-t-il ? 

    Il faut donc faire des choix et les produits se spécialisent forcément. 


    Qu’en est-il des normes « constructeur » ? 

    Un baudrier comme le Choucas Light répond aux mêmes normes de résistance que n’importe quel autre harnais cuissard. De ce point de vue aucune différence. 

    Notre principal souci en tant que constructeur est de s’assurer que cette exigence de résistance soit durable dans le temps.

    C’est pourquoi nous sommes extrêmement attentifs aux retours terrain de nos athlètes et ambassadeurs. 

    La durabilité n’implique pas principalement la résistance mais le confort et la tenue.




    Comment choisissez-vous les matériaux ? 

    Nous recherchons des matériaux qui correspondent à des besoins spécifiques, comme par exemple le mèche des harnais. Nous trouvons ce type de matériaux chez des fournisseurs 

    qui se destinent à d’autres productions. Ensuite, nous disposons d’échantillons pour tester la rigidité, l’adéquation avec les autres matériaux (sangles par exemple), etc 


    Un conseil pour des grimpeurs tentés par le light ? 

    Prenez le temps de choisir votre produit en fonction de votre pratique mais aussi de votre fréquence d’utilisation. Vous serez néanmoins surpris de constater qu’un harnais ou un sac « légers » sont tout aussi efficaces et confortables que leurs cousins plus robustes… 


    Le matériel « light » a encore de belles innovations devant lui, mais exige plus que jamais de nombreux allers-retours entre le labo et le terrain. Au pied du Mont-Blanc, le sac Wharthog, les harnais Choucas où encore le piolet Blue Bird ont su profiter de ces échanges entre pratique et conception. 

    De quoi voit avec enthousiasme les années à venir !

    Articles reliés

    Robert McAloney