Découvrez l’histoire du baudrier Choucas.

  • Le fondateur de Blue Ice, Giovanni, est avant tout un passionné de montagne. C’est d’ailleurs sur ce terrain de jeu que l’idée du Choucas lui est venue. Retour sur cette aventure…Lors de la traversée de l’arête sud de la Noire de Peuterey et comme la journée allait être très longue, il voulait avoir un baudrier qui alliait légèreté, confort et fonctionnalité.  Ne trouvant pas dans le commerce un produit qui réunissait ces trois qualités, l’idée du baudrier Choucas était née.

    C’est en 2010 que le tout premier Choucas a vu le jour, après, bien sûr, de nombreux prototypes et tests sur le terrain. Ultraléger tout en restant très confortable, il plaît aussitôt, aux alpinistes et skieurs, amateurs comme professionnels. Il faut dire qu’avec la même norme qu’un baudrier d’escalade, on peut lui faire pleinement confiance.

    De plus, on peut l’enfiler skis ou crampons aux pieds en moins de temps qui ne faut pour épeler le mot choucas, et le ranger facilement dans une poche pour aller boire un coup tranquillement en fin de journée.

    Pour comprendre un peu plus le processus de développement, nous avons interrogé le fondateur de Blue Ice, Giovannibattista Rossi, et le savoir-faire qui est derrière sa production Made in Chamonix Valley, Maxime Franck.


    Giovanni : Le Boss


    Dans quelles conditions as-tu développé le Choucas ?


    Au tout début de l’aventure nous étions seulement deux, Irène la designer produit et moi-même. Nous avions déjà produit des sacs mais c’était notre premier baudrier. Pour nous le challenge était de trouver le savoir-faire le plus qualitatif possible. En effet il nous était difficile de trouver des sous-traitants qui arrivaient à notre niveau d’exigence, c’est pourquoi nous avons fini par acheter les machines à coudre adéquates et apprendre la technique nécessaire. De cette façon pour avons pu maîtriser le processus de fabrication en interne, et donc optimiser la qualité de notre baudrier.


    Quelles améliorations as-tu apporté depuis 2010 ?


    Nous avons décidé de modifier la densité des sangles afin d’améliorer le confort. Nous avons aussi mis en place une boucle repassante pour éviter les fausses manipulations et sécuriser d’avantage le baudrier. Nos produits évoluent surtout grâce à nos ambassadeurs les testent quotidiennement sur le terrain et nous font toujours de bons retours.


    Une anecdote ?


    Un jour, je vois revenir Sébastien Laurent, l’un de nos ambassadeurs et Guide de haute montagne, avec sur son Choucas deux petits élastiques autour de la boucle de cuisse. Je le questionne alors, et il m’explique qu’une fois il était tombé dans une crevasse. Comme il avait laissé le bouchon sur sa broche à glace (par peur d’abîmer son pantalon), il a eu beaucoup de mal à retirer le bouchon et donc de se vacher. Depuis ce jour, il enlevait le bouchon et passait sa broche dans deux petits élastiques qu’il pouvait facilement arracher en cas de besoin. Nous avons alors décidé de développer une solution plus durable, et c’est comme ça qu’en 2013, les Choucas ont été les premiers baudriers du marché équipés de passants porte-broche aux cuisses.

    choucas-article

    Le porte broche: une innovation Blue Ice


    Maxime : L’artisanat au bout des doigts


    Combien de temps te faut-il pour coudre entièrement un baudrier ?


    Il me faut environ 20 minutes. Concrètement, tous les baudriers Choucas du marché sont passés tôt ou tard entre mes mains.


    Quelle a été la partie la plus technique à construire ?


    Pour ce qui est de la couture il n’y a pas de réel obstacle, c’est la machine qui fait presque tout le boulot. Par contre au niveau du marquage certaines pièces se font à l’œil ou au marquage grâce à des gabarits. Chaque baudrier est en quelque sorte unique puisqu’il est manufacturé et pas usiné. Nous sommes un peu les artisans du baudrier !


    Est-ce que c’est beaucoup de responsabilité de fabriquer un produit dans lequel le client doit avoir une confiance totale puisqu’il se pend dedans et lui confie sa vie ?


    C’est vrai que c’est une grosse responsabilité, mais à la fin de la couture un contrôle de qualité est fait pour chaque pièce et régulièrement nous prélevons des lots aléatoirement pour effectuer d’autres tests supplémentaires. Donc le processus est bien rodé. C’est pour ça que les Choucas sont certifiés CE par l’APAVE, ils sont donc aussi sécuritaires que n’importe quel baudrier d’escalade.


    Certains grimpeurs ont parfois un peu de mal à ranger leur Choucas dans sa poche. Il paraît que tu es réputé pour plier un Choucas comme personne… Peux-tu nous faire une démonstration ?


    Avec plaisir !

    Et vous quel est votre record ?

    Articles reliés

    Si vous n'y arrivez pas, essayez encore (et partez plus léger)